Retour

Traitement de l’asthme : médicaments, exercices et thérapie de nébulisation

Février 2019

Qu’est-ce que l’asthme ?

La question de savoir si l’asthme peut être guéri est controversée. Cependant, l’asthme n’empêche pas de rester en forme. Un traitement médicamenteux bien adapté et un mode de vie approprié aident à bien maîtriser les symptômes.

L’asthme bronchique est le terme générique pour diverses maladies inflammatoires chroniques des voies respiratoires. Les personnes asthmatiques réagissent à certains stimuli externes par un rétrécissement des bronches. Il en résulte des bruits de sifflement lors de la respiration, une toux sèche et des épisodes de dyspnée. Les symptômes de l’asthme varient en gravité et en fréquence.

En fonction des déclencheurs, l’asthme bronchique est soit allergique, soit non allergique (intrinsèque).

Que se passe-t-il pendant une crise d’asthme ?

Une crise d’asthme aiguë entraîne une dyspnée soudaine, la gorge se ferme et la respiration est très difficile. Les personnes asthmatiques connaissent cette sensation, elles peuvent néanmoins avoir peur de l’asphyxie. Il est donc important de rester calme.

La personne atteinte doit immédiatement inhaler son médicament d’urgence. L’idéal serait de faciliter la respiration avec des postures et des exercices de respiration appris.

Si aucune amélioration n’est constatée après ces mesures, il faut appeler le médecin urgentiste.

Médicaments

Les médicaments utilisés pour traiter l’asthme peuvent être divisés en deux groupes.

Le premier groupe est celui des médicaments à effet préventif en traitement de fond, souvent appelés « médicaments de contrôle ». Les glucocorticoïdes en font partie. Ils inhibent la propension à l’inflammation des bronches et sont administrés de préférence sous forme inhalée afin que la dose atteigne directement les voies respiratoires.

Le deuxième groupe est celui des médicaments à utiliser en cas de crise d’asthme aiguë pour soulager les symptômes. On les appelle aussi « médicaments de crise ». Leur but est de dilater les bronches le plus rapidement possible et de permettre ainsi une reprise de la respiration.

Il existe différents types de médicaments contre l’asthme. Les substances actives sont divisées en plusieurs groupes.

Les corticostéroïdes à inhaler inhibent l’inflammation des bronches. Ce sont les médicaments les plus importants dans le traitement de l’asthme. Le principe actif est similaire à la cortisone de l’organisme. À long terme, ils provoquent le gonflement de la muqueuse bronchique, réduisent la production de mucus et inhibent les réactions allergiques.

Les bêtamimétiques à courte durée d’action (« inhalateur à la demande » ou « inhalateur d’urgence ») dilatent rapidement les voies respiratoires lorsqu’ils sont inhalés. Ils sont utilisés en cas de besoin, par exemple en cas de dyspnée ou de quinte de toux. Vous devriez toujours les avoir à portée de main.

Les bêtamimétiques à longue durée d’action ont également un effet bronchodilatateur. Ils agissent plus lentement qu’un inhalateur d’urgence mais leur effet dure plus longtemps. Ils peuvent être inhalés quotidiennement dans la durée mais ne sont prescrits qu’en association avec des corticostéroïdes inhalés.

Un autre groupe est ce qu’on appelle les antagonistes des récepteurs des leucotriènes. Ces derniers inhibent l’action des médiateurs chimiques impliqués dans le développement de la réaction inflammatoire. Les antagonistes des récepteurs des leucotriènes ne sont pas efficaces chez tous les patients.

Les méthylxanthines sont des substances qui dilatent les bronches, leur effet est cependant plus faible que celui des bêtamimétiques. Elles stimulent également le centre respiratoire bulbaire, ainsi que les muscles respiratoires. Elles ont également un effet anti-inflammatoire.

Les anticholinergiques dilatent également les bronches. Dans l’asthme non maîtrisé, ils peuvent être prescrits en complément des corticostéroïdes en inhalation et des bêtamimétiques à longue durée d’action.

Exercices pour maîtriser l’asthme

Les symptômes de l’asthme peuvent être soulagés par des exercices ciblés. Certaines postures aident aussi à mieux respirer et à dilater les poumons. (Source: German Allergy and Asthma Association)

Exercice 1 : le frein labial
Cet exercice est particulièrement important en cas de dyspnée aiguë ou de stress important et constitue la base de tous les exercices respiratoires. L’air est inspiré par le nez, puis expiré par la bouche pincée, seulement légèrement entrouverte, lentement et de façon contrôlée (contre les lèvres pincées). L’air est expiré comme décrit ci-dessus dans les sons « sss » ou « pff ». Cette méthode maintient les voies respiratoires dégagées, les poumons sont vidés et peuvent être alimentés avec de l’air neuf riche en oxygène.

Exercice 2 : la position du cocher
Pour cet exercice, prenez une chaise et asseyez-vous le dos droit sur la partie avant du siège. Puis relâchez-vous complètement peu à peu. Les avant-bras reposent sur les cuisses tandis que les mains pendent librement. Le dos est dans la position de la bosse du chat, légèrement arrondi et non raidi. La poitrine est soulagée du poids des épaules. De plus, les muscles qui amènent normalement les bras vers le corps peuvent aider à ouvrir la cage thoracique dans ces postures. Cela vous permettra de respirer plus librement.

Exercice 3 : variante de la position du cocher
Comme variante, vous pouvez vous aider d’une table pour poser votre tête dessus. Dans cet exercice, les mains ne sont pas sur les cuisses mais sur la table et soutiennent la tête. La technique du frein labial est utilisée pour inspirer et expirer.

Exercice 4 : la position du gardien de but
Cet exercice s’effectue debout avec les genoux légèrement fléchis. Placez vos mains sur vos cuisses à environ une main de largeur au-dessus des genoux et commencez à inspirer et expirer avec la technique du frein labial.

Inhalateurs et nébuliseurs

Dans le traitement de l’asthme, les médicaments privilégiés sont ceux qui peuvent être inhalés. C’est un moyen rapide et efficace d’administrer le principe actif. Une quantité relativement faible du médicament arrive directement à l’endroit qui en a besoin. Il existe plusieurs systèmes d’inhalation. Le bon dispositif d’inhalation est choisi individuellement pour chaque patient. Il existe des systèmes différents pour les enfants et pour les adultes.

Il existe différents systèmes

Inhalateur-doseur : ce système se compose d’une cartouche contenant la substance active et d’un embout buccal. La cartouche est sous pression. Lorsque l’on presse la valve, le principe actif est libéré sous forme de minuscules gouttelettes. Ce système exige une bonne coordination, le principe actif doit en effet être inhalé au moment du déclenchement de la pulvérisation. Ce système est donc moins adapté aux enfants en bas âge.

Chambre d’inhalation : si la personne asthmatique a du mal à inhaler le principe actif de façon synchrone à partir d’un inhalateur doseur, une chambre d’inhalation peut s’avérer utile. La chambre d’inhalation est un type d’embout buccal qui est placé sur le flacon contenant le principe actif pour inhalation. Cette chambre se remplit du mélange de substances actives déclenché, qui peut alors être inhalé confortablement. Cependant, il est également nécessaire d’inhaler immédiatement après la pulvérisation.

Inhalateur à poudre : sur ces systèmes, le médicament est libéré par inhalation. C’est un grand avantage car il ne nécessite pas de pulvérisation et d’inhalation simultanées. Un des inconvénients des inhalateurs à poudre est qu’ils doivent être inhalés vigoureusement. Cela peut s’avérer difficile dans certaines circonstances, notamment pour les crises d’asthme ou chez les enfants.

Nébuliseur : comme son nom l’indique, un nébuliseur (brumisateur) produit un brouillard fin avec la solution de substance active. Cet aérosol est créé par la pression des buses ou des vibrations mécaniques. La substance active sort plus lentement du dispositif d’inhalation et peut donc être inhalée plus facilement. Lorsque vous inspirez, vous n’avez pas besoin d’inhaler très vigoureusement. Ce type d’appareil d’inhalation est donc particulièrement adapté aux enfants et à la dyspnée aiguë.


Références :

German Allergy and Asthma Association (2018). Breathing exercises. Retrieved from www.daab.de/atemwege/atemuebungen/

Helmholtz Zentrum München (2018). How is asthma treated? Retrieved from www.lungeninformationsdienst.de/krankheiten/asthma/therapien/index.html

German Society for Pulmonology and Respiratory Medicine. What is asthma? Retrieved from www.lungenaerzte-im-netz.de/krankheiten/asthma-bronchiale/was-ist-asthma/

Kardos, P. (2015). Asthma. Retrieved from www.apotheken-umschau.de/Asthma#Was-ist-Asthma-bronchiale

Schmoller, T., Riedel, F. & Rabe, K. F. (2014). What is asthma? Retrieved from www.asthma-schule.de/index.php?id=413

Schmoller, T., Riedel, F. & Rabe, K. F. (2014). The therapy. Retrieved from www.asthma-schule.de/index.php?id=412